TROPHEES DU JAZZ 2007 DE LA COTE D' AZUR

Le prix spécial du Jury "musicien" a été attribué à Richard Seigle co leader du "Seigle Vaysse combo", qualifié de guitariste précis,virtuose, et inspiré.

A cette occasion, dans le cadre des rencontres Jazz de la Gaude(06) le réputé jazzclub "SOWHAT" le recevait avec son quartet: Richard Seigle (guitare) Gérald Vaysse(piano) Eddy Gaulein Steff(basse) Philippe Jardin (batterie), qui interprétèrent notamment 3 nouvelles compositions personnelles qui devraient figurer dans un prochain CD.

Dans cette même soirée le SoWhat recevait aussi le groupe TRI-X finaliste des trophées 2007, enmené par le guitariste virtuose napolitain Vittorio Silvestri, avec les excellents Pascal Salé (contrebasse) et Vincent Calmette(batterie).

Eddy Gaulein Stef , Richard Seigle.

 

 

RADIO AGORA (FM 94.00)

L ' émission "la boite à jazz" est dorénavant animée par Gérald Vaysse,
le Vendredi soir de 19h à 20h30, (rediffusée le samedi de 14h à 15h30)

 

La CAVE ROMAGNAN à NICE

Manu, tenancier des lieux(non ténardier!) vous accueille dans une des plus vieilles caves Niçoises où vous pouvez non seulement siroter entre amis un petit pinard de derrière les fagots dans une ambiance cosmopolite mais aussi admirer les expositions d'artistes locaux (dessins, peintures, photos) et surtout tous les samedis soirs écouter les meilleurs groupes de la Côte d' Azur! de grandes
pointures sont souvent au rendez vous de cette petite salle qui a tout d' unegrande. Descente de la rue d' Angleterre, un halo de lumière diffuse d'une vitrine anime l' obscurité, une porte toujours ouverte laisse passer le swing d' un concert dejazz live !
Samedi 4 Aout tous les amateurs et aficionados du Jazz étaient présents pour le concert exceptionnel du quartet de RICHARD SEIGLE(guitare) GERALD VAYSSE (piano) PHILIPPE JARDIN(batterie) ANDRE GOBBATO(contrebasse), fidèle auditoire d' un
lieu peu commun; un vilain petit bistrot qui a une belle âme ! (l'amour et l' esprit règnent) derrière ce simple bar de quartier se cache en fait l' un des endroits les plus courus des amateurs de jazz; les clients qui n' ont pas de place profitant des notes bleues de l' extérieur.

T.R. (photo Marc Meyer)

 

 

 

Nuits d'été à Rochegude ...

Le 28 juillet "nuits d' été à Rochegude" accueillait en concert dans le somptueux parc du chateau de Rochegude(drôme) SEIGLE VAYSSE QUARTET avec en invité ROGER NIKITOFF; en première partie: Richard SEIGLE (guit) Gérald VAYSSE(p) André GOBBATO(ctbse) Michel MARTEL (bat) interprétèrent quelques compositions personnelles latin Bop, genre qu'ils affectionnent de plus en plus semble-t-il.

 

Rejoints en seconde partie par Roger NIKITOFF sax talentueux et généreux possédant un sens aigu de la mélodie et du swing, qui bouscula et tordit le coup à quelques standards.

"ma musique c' est des peintures, des états d' âme", voilà comment Roger Nikitoff définit son univers musical dont la dominante latin bop est traversée par diverses influences,(Coltrane, Parker, Bob Berg, Ernie Watts, Mickael Brecker), un héritage culturel fort et une grande richesse d' expérience acquise il y a prés de trente ans où il préféra franchir l'Atlantique pour rencontrer le Jazz sur terre natale, plutôt que de creuser tranquillement son sillon à l'ombre des conservatoires.

R.C.

 

 

Interview de Richard Seigle par Rufus Clark,
novembre 2006.

RUFUS CLARK: vous multipliez décidément les expériences jazzistiques tous azimuts, et on a pu notamment vous entendre cet été, curieusement, dans un festival de musique de chambre! précisément au festival de Saint Jean Cap Ferrat et Baulieu sur mer;

RICHARD SEIGLE: en fait nous êtions invités par Antoine Landowski Président de ce prestigieux festival, également concertiste et brillant violoncelliste classique ("trio chausson"), qui avait souhaité offrir à son public, un concert de jazz lors de la clôture de cet évènement. Les jeunes smusiciens classiques sont moins sectaires que leurs ainés, et peut être curieux de notre musique et ses mystères qu'ils ne connaissent pas réellement; les frontières entre les styles musicaux s' atténuent, et d' ailleurs la nouvelle génération de jazzmen provient souvent de conservatoires classiques.

R.C.: vous êtiez en quintet cette fois ?

R.S.: oui, avec nos ami Roger Nikitoff aux saxophones ténor et soprano ( qui est également membre du sextet de Mario Santchev) avec lequel nous nous produisons parfois, ainsi qu' avec le batteur Phlippe Jardin que nous apprécions également beaucoup, et l' excellent Pasquale Salé, contrebassiste ( en tournée actuellement avec les guitaristes Marc Fosset et Vittorio Silvestri).

R.C.: on était plus habitués à vous entendre en trio;

R.S.: les petits clubs de jazz, aux surfaces et budgets souvent réduits, sont logiquement plus accessibles aux trios ou duos; c' est sans doute pour cette raison que nous jouons d' avantages dans cette formule minimaliste, intime et intéréssant musicalement et dans laquelle nous avons plus d' espace afin d' exprimer nos idées et développer nos chorus, et nous nous sentons plus en communion avec la proximité immédiate des auditeurs; et l' univers caricatural des caves souvent sombres et enfumées ne demeure t il pas le cocon de cette musique?

R.C.:actuellement quelle est la composition de votre formation ?

R.S.: en trio dans la région Alpes Maritimes, nous jouons fréquemmeent Gérald Vaysse au piano et moi même à la guitare, actuellement renforcés par Eddy Gaulein Stef bassiste et contrebassiste précis qui apporte la touche "latin jazz" dans laquelle il est spécialisé, et genre musical dans lequel nous évoluons de plus en plus. Nous nous sommes produit récemment et jouons souvent à Antibes, Cannes, Valbonne, Nice, ( "Bar en Biais jazz club", "la fontaine aux vins", " cave Romagnan", "galerie l' Instant Café",) clubs magiques et incontournables de la région. ( à noter qu' Eddy Gaulein Stef vient de produire un merveilleux CD intitulé "many faces", enregistré en partie à Cuba, notamment avec le géant du piano latin Jazz "Chucho Valdes", et trois de ses anciens compères du légendaire groupe fusion "ultramarine", créé en 1980 avec le guitariste "N'Guyen Lé")

R.C.: quels sont vos projets à l' ordre du jour? votre précédent CD "Red lady" laissait bien entrevoir votre évolution vers le "latin jazz".

R.S.: des enregistrements en quintet et duos, nous avons de nouvelles compositions en chantier, et des tournées projetées pour 2007, en France et à l' étranger, donc en route pour de nouvelles aventures!

R.C.

 

DITLEF ECKHOFF & SEIGLE VAYSSE TRIO
à ANTIBES

Le trio infernal de Richard Seigle(guit) Gérald Vaysse (p) André Gobatto,(ctrb.) habituellement évolulant dans le "latin jazz", invitait le trompettiste Ditlef Eckhoff pour un concert exceptionnel au célèbre jazzclub d' Antibes, "le bar en biais", le 18 février dernier.

Devant une foule enthousiaste l' illustre Bopper Norvégien de passage en France, régala les auditeurs par son phrasé "cool bop",

non sans rappeler "chet", échangeant magistralement des chorus avec Gérald Vaysse et Richard Seigle, soutenus par la solide contrebasse d' André Gobatto.

Ils revisitèrent standards arrangés à leur sauce, et interprétèrent également quelques compositions originales. rencontre s' avérant titanesque et mémorable...

photos G. DEMONCHY
(R.Clark)

 

LATIN JAZZ à BAGNOLS SUR CEZE,

le 26 novembre, "le charlot", à Bagnols sur Ceze, lieu intime du jazz dans cette ville, organisait un
concert latin-jazz exceptionnel avec Richard SEIGLE(guit), Gérald VAYSSE (p) Pasquale SALE (ctrb),
Guillaume GUINO (bat) réunion de 4 musiciens que l' on avait encore jamais vus ensembles sur une scène
jazz, et qui mirent véritablement "le feu" dans les lieux;

Mais il est vrais que Richard Seigle et Gérald Vaysse multiplient souvent les rencontres tous azimuts, et cette fois étaient entourés d' une rythmique redoutable: Pasquale SALE contrebassiste virtuose, et son complice Guillaume GUINO batteur intuitif spécialite des rythmes latins; Des moments forts d' intensité lors de chorus spectaculaires sur des tempos "up", mais également de grandes envolées lyriques notamment lors des parties en solo de Gérald VAYSSE;

Le jeu de Pasquale SALE fait parfois penser celui de Paul CHAMBERS, dont il déclare volontiers être disciple, sachant mettre en valeur les harmonies des standards et les compositions personnelles interprétées par le quartet, en jouant des lignes d'un intérêt constant, et lors de chorus également fascinants; coincidant parfaitement avec le "drive" impeccable de Guillaume GUINO et ses essaimages de cellules rythmiques quasi obsessionnelles.

Le quartet enmené par la guitare irraisonnable de Richard SEIGLE (comme à l' accoutumé) termina
sa prestation par une version quelque peu époustouflante de "Solar", de Miles Davis, sur un tempo
extrême, dans lequel les chorus explosèrent littéralement .

(T.T.)

SO WHAT ...

Pour la rentrée 2005 2006, le "So What", trés actif jazz club de la Gaude dans les Alpes Maritimes,
invitait le quartet de Richard SEIGLE (g) et Gérald VAYSSE(p) avec John WILSON (ctb) et Cédrik FIORETTI (bat).

Les places assises étaient difficiles à trouver dans ses lieux pittoresques archi comblés de jazzophiles avertis;
en première partie, la "compagnie SO WHAT" et ses 6 musiciens interpréta pendant prés d' une heure ses
compositions personnelles dans un style original et avec humour, soulevant l' enthousiasme du public attentif.

En seconde partie "Seigle et Vaysse quartet", jouèrent quelques compositions personnelles
(flagrant délire, One day in paradise) tirés de leur dernier disque, et revisitèrent à leur sauce quelques standards
( Stella by starlight, Invitation etc....) Gérald Vaysse toujours trés aérien dans son jeu en solo et trés percussif
sur les tempos latinos, Richard Seigle propageant son phrasé rapide sur le "fil du rasoir", tous deux soutenus par la contrebasse trés efficace de métronomie de John Wilson et la batterie redoutable de Cedrik Fioretti (qui est
également le batteur de la cie So What);

Pour terminer la soirée, vint ensuite le boeuf à volonté ouvert à tous, rituel au So What .

(T.T.)

 

 

Une ''French Connection", superbe, rutilante, dotée d'une technique de haut vol au service du swing...

Richard SEIGLE(guitare)
John WILSON(contrebasse)
Gérald VAYSSE(piano)

 

Festival d' Antibes Juan Les Pins

Dans le cadre du festival off, plusieurs concerts de jazzmen prestigieux , étaient disséminés dans différents endroits stratégiques de la cité du Jazz; le 22 juillet, avant le concert de Sony Rollins (unique prestation en France du dinosaure survivant du Bop) dans la célèbre pinède, le quartet de Richard Seigle (g) Gérald Vaysse(p) Michel Martel (bat) André Gobbato (ctb), se produisait à partir de 20 heures à l' hôtel le ponteil, devant un public attentif et une nouvelle fois conquis par leur musique alliant swing et rythmes latins; (T.T.)

 

"Red Lady"

Dernier disque de Richard Seigle(guitare), Gérald Vaysse(pîano), Didier Del-Aguila(basse), Ivan Oukrid(batterie), désormais disponible sur VIRGINMEGA , FNACMUSIC, MCM, EUROPE2, PEPSI, etc...

 

Un Nouveau Haut Lieu du Jazz ?

Devant un cercle d' amis initiés, Le chateau des Barrenques (Vaucluse), accueillait le 7 mai un concert de Jazz; son propriétaire mélomane averti (Didier Levy), promettant une série de concerts à venir dans ce cadre prestigieux parfaitement adapté;
l'assistance pantoise et enthousiaste réserva un triomphe à Roger NIKITOFF(saxophones) Richard SEIGLE (guitare),Gérald VAYSSE(piano) Philippe LEVAN(batterie) et Didier DELAGUILA (contrebasse), quintet rutilant jouant magistralement dans un swing d' enfer
pendant prés de deux heures;

 


 

"La Fontaine aux Vins"

"la fontaine aux vins", excellent Pub restaurant branché jazz dans le vieux VALBONNE(06),
3 rue Grande, reçoit en ses lieux pittoresques tous les vendredis et samedis des concerts de Jazz, où se côtoie une faune internationale de Jazzophiles;
Samedi 16 Avril, Richard Seigle(guitare) et Gérald Vaysse (piano), qui multiplient les expériences jazzistiques, se produisaient cette fois avec l'illustre Trompettiste Boper Norvégien "Ditlef Eckhoff";


Trio original, sans rythmique, sans bassiste ni batteur, (sans tambour mais avec trompette!) mais tout de même swingant à souhait; interprétant des standards, tels que "Half Nelson" "cool Blues", et biens d' autres titres trés "Hard bop", dans lequel Ditlef Eckhoff, dont le style rappelle parfois "Chet Baker", excelle.
Ditlef Eckhoff reviendra en France dans quelques mois, et pourra notamment être entendu
à "jazz dans les vignes" à Visan(Vaucluse) le 26.11.2005.

(F.S.)

 

"Le Bar en Biais"

 

Le célèbre Jazz club d'Antibes "le bar en biais", accueillait récemment le quartet de Richard Seigle ( guitare) et Gérald Vaysse (piano), avec les excellents André Gobbato(contrebasse,+ basse électrique) et Michel Martel (batterie).
Ils interprétèrent principalement des compositions personnelles du récent CD "Red Lady", dans un style trés "latino",("Flagrant délire"," "One day in paradise, "Item"), et quelques standards revisités, rendant notamment hommage à Wes Montgomery ("Road Song", "I remember Wes").

André Gobbato gratiphia le public d' un magnifique et trés lyrique chorus de contrebasse ("in your own sweet way"), mais fut également trés percutant à la basse électrique sur les morceaux latinos, formant une rytmique trés soudée avec le jeu de son compère Michel Martel, lequel déploya également quelques spectaculaires solos de batterie;
Gérald Vaysse fidèle à lui même, divulga de trés belles et longues intros dans un style qui lui est propre, également trés lyrique, tout en étant aussi trés percutant dans les titres rapides qu'il affectionne manifestement; Richard Seigle, locomotive du quartet, lacha ses chorus, toujours en "prises de risques" et sur le "fil du rasoir" en avalanches de notes, style qui lui est également propre.

(F.S.)

 

Jazz dans les Vignes :
Concert du 20 novembre 2004

Le 20 novembre 2004, pour la seconde année consécutive, un concert de Jazz était organisé à Visan(Vaucluse)par la trés active association "Jazz dans les vignes", avec au programme les formations de trois pianistes d' exception.

Gérald Vaysse, Pierre Fayolle, Olive Chambonnière.

Le trio du jeune pianiste compositeur Gérald Vaysse, composé de lui même , et de Pierre Fayolle à la contrebasse, Olivier Chambonnière à la batterie ouvrit le feu. Gérald Vaysse pianiste au toucher imprégné de lyrisme et de sensibilité, mais paradoxalement devenant extrêmement rythmique et agressif dans les tempos up et latinos, qu'il effectionne particulièment, notamment dans " Flagrant délire", et "One day in paradise", (titres tirés du dernier album enregistré avec Richard Seigle,Didier Del-Aguila, et Ivan Oukrid); non sans rappeler parfois les tourneries de Michel Camilo;

Tony Petrucciani, Richard Seigle, Michel Mucci

Dans un tout autre genre , vint ensuite le quartet de Tony Petrucciani,(avec Michel Cerny(ctb) Gérard Pison (bat) Brigitte Maleh (vc); Tony connu comme guitariste, mais cette fois surprenant quelque peu le public, au piano, la beauté et la richesse de ses harmonies, laissant planer l' ombre de son illustre et regretté fils Michel; instant émouvant. Quartet rejoint ensuite par le guitariste Richard Seigle, invité et ami de longue date, interprétant notamment "The days of wine and roses"(morceau de circonstance) et "Autumn Leaves", dans lequel Tony Petrucciani et le batteur Gérard Pïnson, s' envolèrent dans un scat endiablé, duo vocal soulevant l' enthousiasme du public.

 

Christian Mornet, Roger Nikitoff, Didier Del-Aguila, Philippe levan.

Puis vint ensuite le trio tant attendu de l' excellent pianiste Christian Mornet avec Didier Del-Aguila(ctb), Philippe Levan( bat), avec en invité Roger Nikitoff, populaire saxophoniste Marseillais; rencontre s'avérant immédiatement titanesque de deux virtuoses; le public fut une nouvelle fois ébahi par Roger Nikitoff, interprétant notamment une de ses compositions personnelles en hommage à son ami Herbie Hancock, ainsi qu'une ballade émouvante dédiée à sa fille; puis quelques standards coltraniens spectaculaires de virtuosité, mais aussi de sensibilité dans les ballades.

photos Gérard BLANC.

 

JAZZ AUX REMPARTS ...
Concert du 10 juillet
2004

Prés de 600 personnes étaient présentes au rendez vous le 10 juillet de la nouvelle cuvée jazz 2004 proposée et organisée par JAZZ DANS LES VIGNES et son très actif Président Jean Pierre BLANCHARD, dans le cadre féérique et imprenable du vieux village perché de CAIRANNE ;

Un programme prestigieux présenté par le cinéaste jazzophile averti Jimmy GLASBERG,
avec en 1ère partie :

ALIZE QUARTET : excellent groupe régional composé de Vincent AUDIGIER (saxophone ténor),Claude HOULES (guitare), Gérard VIALATTE (batterie) et ALEX( contrebasse), interprétant leurs propres compositions avec brio et virtuosité. Les deux leaders Vincent AUDIGIER et Claude HOULES se démarquant par l' originalité de leurs propos respectifs


Roger Nikitoff

En 2ème partie: ROGER NIKITOFF QUARTET, Illustre et surprenant saxophoniste Marseillais, qui après 20 années aux Etats Unis aux côtés des plus grands jazzmen, est maintenant revenu dans la cité phocéenne, plébicité par la presse unanime, dont JAZZ HOT la revue internationale du Jazz dans son numéro de Mars dernier; Il était assisté pour la circonstance de trois musiciens confirmés aux références également prestigieuses: Jean Luc DI FRAJA (batteur) Didier DEL-AGUILA( basse) Richard SEIGLE guitare), Cette formation réunie exceptionnellement se révéla extrêmement homogène et spectaculaire, interprétant et revisitant successivement quelques grands standards à la sauce explosive Nikitoff : "stella by starlight" "Estate" "Autumn leaves" et terminant le set par une version époustouflante de "Mister PC" de John Coltrane, dans laquelle JL DI FRAJA et D. DEL-AGUILA se révélèrent d'une redoutable cohésion rythmique, nous agrémentant de chorus respectifs sensationnels, tandis que R. SEIGLE dispensait des accords climatiques colorant l'ensemble; quant à Roger NIKITOFF il époustoufla le public pantois, par ses phrases voluptiques et la chaude sonorité de ses sax (tenor et soprano).


Brigitte Maleh

En 3éme partie, TONY PERTRUCCIANI QUARTET: Tony (guitare) Louis PETRUCCIANI (contrebasse) Gérard PINSON (batterie) Brigitte MALEH (vocal) dans un style plus swing, traditionnel que les deux groupes précédents, Tony PETRUCCIANI populaire dans la région dans laquelle il demeura de nombreuses années avec sa famille (rappellons que son fils l'incomparable Michel est né à Orange), agrémenta le public enthousiaste, de ses chorus dans un style et une sensibilité qui lui sont propres, notamment lors de ses solos en accords, soutenu par la contrebasse du talentueux Louis Petrucciani et Gérard Pinson à la batterie; la très charmante Brigitte Maleh au chant reprenant avec brio des grands thèmes de Billy Holliday, Ella Fitgerald, etc... Moment inattendu et exceptionnel de la soirée, l'arrivée sur scène du grand trompettiste New Yorkais JIMMY OWENS, de passage dans la région et se joignant au quartet sur le classique "route 66", nous gratiphiant d'un chorus magique dans le plus pur style Bop.


Tony Petrucciani et Brigitte Maleh

Pour le dernier morceau, Tony Petrucciani invita son ami le guitariste Richard Seigle à le rejoindre sur scène, où ils dialoguèrent magistralement en duo de guitares sur le standard "all the things you are"... Par ailleurs, le public totalement conquis par cette soirée, pu aussi se délecter en dégustant les meilleurs crus des vins de notre région.

photos Gérard BLANC.

RED LADY...

En avant première vous pouvez écouter dès maintenant, sur Jazzitem des extraits du nouveau CD, sorti dedut 2004, de R.SEIGLE ( guitare), Gérald Vaysse (piano), Didier Del-Aguila (contrebasse et fretless) et Ivan Oukrid (batterie) ; enregistré à Antibes ( Studio 26 ), ça déménage fort ! Cramponnez-vous ...

INTERVIEW...

" QUESTIONS AND ANSWERS " : par Fred Stephenson (drummer, singer) , à propos de "RED LADY" le nouveau C.D. de Richard Seigle et Gérald Vaysse ;


Fred Stephenson :Votre nouveau C.D. parait nettement orienté "jazz latino" contrastant quelque peu avec ce que vous faisiez auparavant, pourquoi ce changement subit ?


Gérald Vaysse : En fait, il ne s'agit que de l'emballage style latino, qui change, servant de support rythmique à notre jazz; notre style et nos phrases respectives demeurant sensiblement dans le même esprit de formes et de sons qu'auparavant,

Richard Seigle : En tout état de cause, l'évolution vers le latino sommeillait, latente en nous; peut-être par atavisme, mon grand père Emilio Ucles, saxophoniste, ayant vécu en Argentine; de surcroit Gérald est naturellement imprégné de l'impulsion latine;


F.S. : Cette fois vous n'interprétez que vos compositions personnelles, est-ce un rejet, un ras le bol des standards ?


R.S. : non! en ce qui me concerne je demeure attaché aux standards qui constituent le patrimoine incontournable du jazz, le passage obligatoire, et les standards serviront toujours de tremplin afin d' improviser mille fois de manière différente ; le choix est très grand et toutes les astuces harmoniques y figurent souvent déjà, donc chaque interprétation d'un standard apporte une pierre supplémentaire à l' édifice du travail constant d' amélioration respective de chacun; d'ailleurs différentes classes jazz des conservatoires font étudier les élèves en ce sens.


G.V. : quoi qu'il en soit, cette fois nous avons laissé notre humeur vagabonder à écrire des chansons aux thèmes prétextes à des pistes harmoniques sur mesure, sur lesquelles nous nous amusons ;


R.S.: et il semble actuellement que le public, par contre, lui, attende de nouveaux thèmes,


F.S. : Vous avez changé de rythmique ?


R.S. : le tempérament fougueux et véloce du tandem Del-Aguila Oukrid, d'ailleurs également non dépourvu de lyrisme, et leur expérience notamment du latino, nous apporte énormément rythmiquement ;


F.S. :A propos de lyrisme, il transparait assurément dans certaines de vos compositions dans ce disque,


G.V. : sans doute pensez vous à " Mezzo ", vous voyez, nous ne privilégions pas systématiquement l' aspect véloce et si notre sensibilité dégouline parfois, notamment dans cette ballade, tant mieux le message circule ;


F.S. : on semble loin du style de Django dont vous clamiez pourtant être disciple ?


R.S. : effectivement, mais s'il existait encore de nos jours, il aurait sans doute évolué vers d' autres horizons et ne s' en serait pas tenu à sa Selmer et à la " pompe " d'avant guerre; d'ailleurs son dernier disque au début des années cinquante, paraissait annoncer un changement ; actuellement son unique successeur spirituel Bireli Lagrene, à mon sens, a en quelque sorte fait évoluer son style tout en conservant l' esprit, et en explorant magnifiquement d' autres voies ; Quoi qu'il en soit son impulsion demeure présente dans la guitare Jazz actuelle et souvent je le réécoute, et sans doute inconsciemment joue parfois des automatismes de ses clichés dans ma propre mixture.


F.S. : en conclusion, quelles sont vos sensations de cette dernière expérience ?


G.V. : extrêmement positive, nous étions tous en collusion parfaite au studio 26 d'Antibes ; et allons poursuivre l' aventure en " live " aux travers de différents concerts , notamment cet été.

 

Pour tous renseignements contactez Jazzitem .

 

Retour accueil